L’eau potable est une ressource indispensable pour l’homme. C’est une préoccupation pour tous. Même s’il s’agit d’une ressource renouvelable, sa disponibilité est rare. Elle dépend du cycle de l’eau et de l’utilisation qui en est faite. Conserver une bonne qualité d’eau est primordial. Des actions peuvent être mises en place pour protéger, conserver et valoriser l’eau accessible. Toutefois, des événements peuvent porter atteinte à la qualité de l’eau et il faut en être conscient. Il peut y avoir présence de contaminant ou encore un bris dans le réseau de distribution. À cet effet, la municipalité envoie des avis s’il y a un changement de la qualité de l’eau et que certaines consignes sont à respecter. Chaque personne peut aussi contribuer à préserver l’eau potable qui est indispensable. Quelques Trucs et astuces peuvent réduire la consommation d’eau par propriété. La municipalité a également mis en place un règlement pour régir l’utilisation de l’eau pour certaines activités dont l’arrosage. Une alternative intéressante gratuite et renouvelable, l’eau pluviale, peut alors être utilisée. Enfin, pour toute construction de puits, ou de moyen d’approvisionnement en eau, un permis municipal est nécessaire.

La qualité de l’eau au lac Bowker a, de tout temps, été une préoccupation importante. Le secteur urbain de la municipalité de Racine est raccordé au réseau d’aqueduc régional de la ville de Valcourt dont l’approvisionnement provient du Lac Bowker. La qualité et la capacité de cette source d’approvisionnement est précieuse et il importe de les conserver le plus longtemps possible. Pour ce faire, la municipalité œuvre à économiser l’eau potable et doit pouvoir compter sur la participation de tous les citoyens.
Nous vous rappelons que l’utilisation de l’eau potable provenant du réseau d’aqueduc municipal est réglementée lorsqu’il s’agit d’arrosage des pelouses, jardins, fleurs, arbres, arbustes et autres végétaux. L’arrosage manuel, à l’aide d’un tuyau muni d’un dispositif à fermeture automatique, est permis uniquement de 20 h à 23 h les jours suivants :

      a) un jour où la date est un chiffre pair pour l’occupant d’une habitation dont l’adresse est un chiffre pair;
      b) un jour où la date est un chiffre impair pour l’occupant d’une habitation dont l’adresse est un chiffre impair.

Quant aux systèmes d’arrosage automatique, il est permis d’arroser uniquement de 3 h à 6 h le dimanche, le mardi et le jeudi. Malgré ce qui précède, une exception peut être accordée à un propriétaire qui installe une nouvelle pelouse. Il est permis d’arroser tous les jours aux heures prévues précédemment, une nouvelle pelouse, une nouvelle plantation d’arbres ou d’arbustes et un nouvel aménagement paysager pour une période de 15 jours suivant le début des travaux d’ensemencement, de plantation ou d’installation de gazon en plaques. L’arrosage d’une pelouse implantée à l’aide de gazon en plaques est permis en tout temps pendant la journée de son installation. Les propriétaires qui arrosent une nouvelle pelouse, une nouvelle plantation d’arbres ou d’arbustes ou un nouvel aménagement paysager durant cette période doivent produire les preuves d’achat des végétaux ou des semences concernées sur demande d’une personne responsable de l’application du présent règlement.

Le lavage des véhicules routiers est autorisé tous les jours, peu importe l’heure à condition d’utiliser un boyau muni d’un pistolet à fermeture automatique et de n’utiliser que l’eau strictement nécessaire à cette fin.
Le lavage des entrées d’automobiles, des trottoirs, des patios ou des murs extérieurs d’un bâtiment n’est permis que du 1er avril au 15 mai de chaque année ou lors de travaux de peinture, de construction, de rénovation ou d’aménagement paysager justifiant le nettoyage des entrées d’automobiles, des trottoirs, des patios ou des murs extérieurs du bâtiment.
Le remplissage d’une piscine est interdit de 6 h à 20 h. Toutefois, il est permis d’utiliser l’eau de l’aqueduc à l’occasion du montage d’une nouvelle piscine pour maintenir la forme de la structure. Dans tous les autres cas le remplissage d’une piscine creusée ou hors-terre s’effectue par camion-citerne aux frais du propriétaire. Malgré ce qui précède, lorsqu’il y a lieu d’appréhender une pénurie d’eau potable, le conseil municipal ou le maire peut suspendre toute utilisation extérieure de l’eau.
Conformément aux exigences du règlement provincial sur la qualité de l’eau potable, la municipalité effectue des analyses sur la qualité de l’eau distribuée dans ses réseaux. Ces analyses, selon le nombre d’usagers, sont réalisées sur une base hebdomadaire ou mensuelle pour vérifier la qualité bactériologique et sur une base trimestrielle à annuelle, selon les paramètres à vérifier, pour la qualité physico-chimique. Lorsque survient un dépassement des normes, la population est informée des mesures correctrices à mettre en place.

Lorsqu’un avis d’ébullition est requis, cet avis est donné via les média locaux, sociaux et régionaux.

Tout propriétaire ou occupant qui installe, reconstruit ou allonge un branchement d’aqueduc ou d’égout privé ou qui raccorde une nouvelle canalisation au branchement d’aqueduc ou d’égout privé existant, doit obtenir au préalable de la municipalité un permis de branchement à l’aqueduc et à l’égout. Des frais de 100 $ sont exigibles pour l’obtention d’un permis.
Pour en savoir davantage sur les puits, nous vous invitons à consulter le document Le Puits du Ministère de l’environnement.
Dans le jardin, on peut…

  • Arroser la base de la plante (et non les feuilles) en soirée ou tôt le matin. L’eau est mieux absorbée, car on évite son évaporation. Il est aussi plus efficace d’arroser en profondeur qu’en surface. On arrose donc moins souvent, mais plus longtemps!
  • Garder le gazon assez long pour qu’il conserve son humidité. Lors de la tonte, pratiquer l’herbicyclage (laisser les résidus de tonte sur place) permet de protéger la pelouse contre l’assèchement et cela fournit des nutriments au sol.

Dans la cour, on peut…

  • Utiliser un balai pour nettoyer son allée de stationnements au lieu de l’arroser.
  • Laver la voiture avec un seau et une éponge plutôt qu’avec le jet courant.

Dans la maison, on peut…

  • Réparer rapidement les fuites des robinets et tuyaux. Pour vérifier si la toilette fuit, mettre une goutte de colorant dans le réservoir d’eau. Si l’eau de la cuvette se colore sans avoir tiré la chasse avant, il y a une fuite! Le gaspillage est évité avec les réparations.
  • Ne pas laisser couler l’eau inutilement. On peut arrêter l’eau pendant le brossage des dents par exemple.
  • Privilégier une douche rapide au bain.

Réduire le débit d’eau qui s’écoule de la toilette. On peut le faire en mettant une bouteille d’eau remplie à l’intérieur du réservoir ou en changeant le système pour une toilette à débit réduit. La consommation d’eau pourrait passer de 20 litres à 6 litres!

En tout temps, on peut…

  • Réduire sa consommation d’eau embouteillée. Selon la Coalition Eau Secours, l’eau municipale qui provient du robinet coûte approximativement 1 $/m3. La même quantité d’eau embouteillée coRecuperateur_eau_pluieûte près de 1000 $. Remplir un pichet d’eau et le mettre au réfrigérateur permet d’avoir de l’eau fraîche à portée de main! En plus, le plastique et le transport pour la fabrication de bouteille sont réduits.
  • Récupérer l’eau de pluie avec un baril récupérateur. Il suffit de l’installer sous la gouttière. L’eau recueillie peut alors servir à toutes les activités qui ne nécessitent pas d’eau potable, telles qu’arroser les plantes et laver la voiture. Ces petits gestes quotidiens permettront de préserver l’eau potable pour les générations futures.

Ces petits gestes quotidiens permettront de préserver l’eau potable pour les générations futures.

L’eau de pluie est une ressource qui mérite d’être valorisée. En plus d’être gratuite, elle s’accumule facilement. Plusieurs moyens, à petite ou grande échelle, permettent de l’utiliser. Il est facile de se procurer un baril de récupération d’eau pluviale. Il suffit alors de placer le baril sous une gouttière pour permettre à l’eau de s’y accumuler. L’eau ainsi recueillie peut servir à arroser le jardin, le potager, laver la voiture, remplir la piscine, etc. L’installation de réservoirs pluviaux sous terre est également possible pour récupérer l’eau à plus grande échelle. Il ne faut surtout pas que l’eau de pluie qui rigole sur le terrain ou qui sort des gouttières soit volontairement dirigée vers une installation septique ou encore une bouche d’égout. Lorsque cela se produit, le débit d’eau à traiter à l’usine de traitement des eaux augmente et il est plus demandant de traiter cette grande quantité d’eau. Pourtant, l’eau de pluie n’a pas besoin de passer à l’usine de traitement. L'article 3.11 du règlement de construction 125-12-2006 est clair à ce sujet : il est interdit de déverser l’eau pluviale à l’intérieur du réseau d’égout sanitaire de la municipalité. Si l’eau de pluie n’est pas récupérée, elle doit être drainée par infiltration ou s’égoutter sur une surface pavée et drainée.